« Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle » (Jn 6, 22-29)

Alléluia. Alléluia.
L’homme ne vit pas seulement de pain,
mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Alléluia. (Mt 4, 4b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Jésus avait rassasié cinq mille hommes,
et ses disciples l’avaient vu marcher sur la mer.
Le lendemain, la foule restée sur l’autre rive
se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque,
et que Jésus n’y était pas monté avec ses disciples,
qui étaient partis sans lui.
Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade,
étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain
après que le Seigneur eut rendu grâce.
Quand la foule vit que Jésus n’était pas là,
ni ses disciples,
les gens montèrent dans les barques
et se dirigèrent vers Capharnaüm
à la recherche de Jésus.
L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent :
« Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? »
Jésus leur répondit :
« Amen, amen, je vous le dis :
vous me cherchez,
non parce que vous avez vu des signes,
mais parce que vous avez mangé de ces pains
et que vous avez été rassasiés.
Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd,
mais pour la nourriture qui demeure
jusque dans la vie éternelle,
celle que vous donnera le Fils de l’homme,
lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. »
Ils lui dirent alors :
« Que devons-nous faire
pour travailler aux œuvres de Dieu ? »
Jésus leur répondit :
« L’œuvre de Dieu,
c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

– Acclamons la Parole de Dieu.


Commentaire

Nous voilà en présence d’une foule qui avait faim et que Jésus a rassasiée. Quelle aubaine ! Pour celui qui a faim, la préoccupation première est de trouver de quoi se nourrir, de quoi satisfaire un besoin élémentaire. Ce n’est probablement pas le cas de la plupart d’entre nous mais songeons à ceux qui vivent dans la rue, à ceux qui ont perdu leur travail ou dont les revenus sont insuffisants pour nourrir leur famille. Pour eux, en cette période de confinement en particulier, n’est-il pas normal de se préoccuper d’abord d’avoir du pain ?

Ce besoin, nous le ressentons probablement beaucoup mieux en ce moment où nous sommes privés chaque jour ou chaque dimanche du Pain eucharistique. Nous avons, nous aussi, le désir d’être rassasiés ; la communion sacramentelle nous manque. Nous découvrons alors l’importance de la communion spirituelle qui interroge notre foi au Christ présent dans l’hostie, notre foi en Celui que Dieu nous a envoyé, cette foi qui nous fait travailler aux œuvres de Dieu.

Pour cela, nous sommes appelés à croire en celui que Dieu a envoyé. Jésus est notre chemin ; avec l’aide de l’Esprit Saint,  nous nous nourrissons chaque jour de la Parole de Dieu afin que  le Christ soit notre référence permanente. Lui seul nous donnera la vie en abondance si nous aimons Dieu, mais aussi tous nos frères, comme Il nous a aimés.

Comme Lui, soyons les serviteurs de tous ceux que nous rencontrons, de tous ceux qui ont besoin de nous. Ils nous attendent. Allons vers eux pour leur annoncer la Bonne Nouvelle donc l’amour et la tendresse de Dieu.

Anne-Marie et Michel Duhen