Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18,35-43.

Alors que Jésus approchait de Jéricho, un aveugle mendiait, assis au bord de la route.
Entendant la foule passer devant lui, il s’informa de ce qu’il y avait.
On lui apprit que c’était Jésus le Nazaréen qui passait.
Il s’écria : « Jésus, fils de David, prends pitié de moi ! »
Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! »
Jésus s’arrêta et il ordonna qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda :
« Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Il répondit : « Seigneur, que je retrouve la vue. »
Et Jésus lui dit : « Retrouve la vue ! Ta foi t’a sauvé. »
À l’instant même, il retrouva la vue, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa une louange à Dieu.


« Ceux qui marchaient en tête l’interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle »

Entendant le grand bruit que faisait la foule, l’aveugle a demandé : Que se passe-t-il ? On lui a répondu : C’est Jésus de Nazareth. Aussitôt son âme a été embrasée d’une foi dans le Christ si vive qu’il s’est mis à crier : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Toi que voilà arrêté au bord du chemin de la vie, qui est si courte, n’as-tu pas envie de crier, toi aussi ? toi qui manques de lumières, qui as besoin de nouvelles grâces pour te décider à rechercher la sainteté. Ne ressens-tu pas un besoin irrésistible de crier : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi » ? Une belle prière courte et fervente, à répéter souvent !
Je vous conseille de méditer lentement les instants qui précèdent ce miracle, afin de bien graver dans votre esprit cette idée si claire : quelle différence entre le Cœur miséricordieux de Jésus et nos pauvres cœurs ! Cette pensée vous aidera toujours, et plus particulièrement à l’heure de l’épreuve, de la tentation, à l’heure aussi où il faut répondre généreusement aux humbles exigences de la vie quotidienne, à l’heure de l’héroïsme. Car « beaucoup rabrouaient cet aveugle pour lui imposer silence ». Toi aussi, quand tu as senti que Jésus passait près de toi, ton cœur a battu plus fort et tu t’es mis à crier, en proie à une agitation profonde. Mais alors tes amis, tes habitudes, ton confort, ton milieu t’ont conseillé de te taire, de ne pas crier : « Pourquoi appeler Jésus ? Ne le dérange pas ! »
Cet aveugle malheureux, lui, ne les écoute pas. Il crie au contraire encore plus fort : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Le Seigneur, qui l’avait entendu dès le début, le laisse persévérer dans sa prière. Il en va de même pour toi. Jésus perçoit instantanément l’appel de notre âme, mais il attend. Il veut que nous soyons bien convaincus que nous avons besoin de lui. Il veut que nous le suppliions, avec obstination, comme cet aveugle au bord du chemin. Comme le dit saint Jean Chrysostome : « Imitons-le. Même si Dieu ne nous accorde pas à l’instant ce que nous lui demandons, même si la multitude essaie de nous détourner de notre prière, ne cessons pas de l’implorer ».

Saint Josémaria Escriva de Balaguer (1902-1975)
prêtre, fondateur
Homélie in Amigos de Dios (trad. Amis de Dieu, Laurier 2000, p. 241 rev.)

Nous sommes dans la période des dédicaces. Dans le calendrier liturgique, en effet, nous avons eu le dimanche précédent la Toussaint l’occasion de célébrer la dédicace des églises. Les nôtres sont célébrées le jour de Ste Thérèse ou le dimanche le plus proche et vers le 8 décembre pour la paroisse de l’Immaculée Conception.

La dédicace c’est donc le saint à qui est consacré l’église bâtie. Un nom de baptême en quelque sorte. Car toutes les églises sont consacrées aux noces de l’humanité avec le Verbe créateur.

Récemment, le 9 novembre, nous avons fêté la dédicace de Saint Jean du Latran, la cathédrale du pape, en tant qu’évêque de Rome. Le 18 novembre, nous fêterons celles des basiliques Sant Pierre de Rome et de Saint Paul hors les murs. J’ai eu la bonne idée de naître entre toutes ces célébrations, peut-être est-ce de là que m’est venue ma passion pour les architectures sacrées qui s’est depuis confirmée par un des enseignements que je donne à la Catho.

Nos églises ne sont pas en effet des bâtiments commodes pour rassembler du monde. Ils sont déjà ça et c’est beaucoup ! Car dans les religions qui nous précèdent, nul n’entre dans le temple. Le culte et l’autel des sacrifices sont au-dehors, devant le temple. Nous, nous sommes entrés, à l’intérieur du temple, nous en sommes. Nous sommes le temple !

Il n’y a plus de Saint des Saint qui soit absolument interdit, insaisissable, comme au temple de Jérusalem. Il n’y a plus de séparation entre Celui qui est célébré et nous, parce que c’est Lui qui a déchiré le voile du temple, c’est Lui qui est venu parmi nous et s’est fait l’un de nous. Dès lors, nous entrons dans le temple car nous sommes l’espace saint où à Dieu est rendu la louange. Dès lors quand nous sommes réunis pour la louange, Il est là.

Le bâtiment qui nous reçoit est consacré par le rituel de la dédicace. Nous lui reconnaissons les vertus de l’accueil. Sa vocation est qu’en son dedans, nous soyons sans cesse engendrés comme fils de Dieu par le fait de l’Esprit Saint. C’est pourquoi dans les 8 premiers siècles, Marie est image de l’Eglise.

L’église est un corps féminin.

Elle est tellement un corps engendrant la vie qu’il reçoit les rites du baptême : onction de saint Chrême, réception de la lumière et aspersion d’eau. Les croix de consécration rappellent ce baptême.

 

Je disais que les églises ne sont pas seulement, pas d’abord des vastes salles commodes pour recevoir plein de gens ! Bien sûr qu’elles le sont puisqu’il faut « faire corps » ces gens qui ne sont plus des gens mais une communauté qui ébauche le Corps du Christ en se recevant de Lui. En plus de cela ou plus exactement, et dès le IVe siècle, elles sont transfiguration de la matière, salut du Cosmos. C’est pourquoi elles sont belles, ornées, d’une facture extraordinaire. Un temple protestant peut fort bien s’accommoder d’un gymnase ou d’une salle de cinéma. Pas nous ! Parce qu’avec nous, c’est le salut de la matière qu’il faut célébrer. Nous avons à travers les siècles œuvrer pour porter la lumière à la terre, au roc, nous lui avons imprimé les images de nos paraboles et paroles de la Bible, nous l’avons dressée jusqu’au ciel. Par cette matière soulevée en forme de louange et d’hospitalité, nous nous sommes joints à la Création qui attend elle aussi le salut.

P Bernard Klasen

 

« Le jour où le Fils de l’homme se révélera » (Lc 17, 26-37)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Comme cela s’est passé dans les jours de Noé,
ainsi en sera-t-il dans les jours du Fils de l’homme.
On mangeait, on buvait, on prenait femme, on prenait mari,
jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche
et où survint le déluge qui les fit tous périr.
Il en était de même dans les jours de Loth :
on mangeait, on buvait,
on achetait, on vendait,
on plantait, on bâtissait ;
mais le jour où Loth sortit de Sodome,
du ciel tomba une pluie de feu et de soufre
qui les fit tous périr ;
cela se passera de la même manière
le jour où le Fils de l’homme se révélera.
En ce jour-là, celui qui sera sur sa terrasse,
et aura ses affaires dans sa maison,
qu’il ne descende pas pour les emporter ;
et de même celui qui sera dans son champ,
qu’il ne retourne pas en arrière.
Rappelez-vous la femme de Loth.
Qui cherchera à conserver sa vie la perdra.
Et qui la perdra la sauvegardera.
Je vous le dis :
Cette nuit-là, deux personnes seront dans le même lit :
l’une sera prise, l’autre laissée.
Deux femmes seront ensemble en train de moudre du grain :
l’une sera prise, l’autre laissée. »
Prenant alors la parole, les disciples lui demandèrent :
« Où donc, Seigneur ? »
Il leur répondit :
« Là où sera le corps,
là aussi se rassembleront les vautours. »


Partage

En ce vendredi et depuis dimanche de la 32ème semaine du temps ordinaire, les lectures nous invitent à la vigilance, à nous tenir toujours prêt pour accueillir notre Seigneur. Il va venir à notre rencontre, nous accueillir dans la perfection de son amour. La venue du Seigneur sera un moment universel et personnel : pour tous les hommes et pour chaque homme. Elle s’inscrira dans la continuité avec notre vie ordinaire, un lieu de maturation de la communion avec lui. Le jour du Fils de l’homme est ce ferment qui féconde notre temps quotidien, période souvent propice à l’endormissement.

Dans un monde actuel tourné vers le spectaculaire, l’extraordinaire et la performance, nous avons effectivement un peu de mal à vivre dans un ordinaire qui ne nous stimule pas assez. C’est pourtant dans le quotidien, dans cette vie ordinaire (en train de moudre du grain, de dormir, de se marier, d’acheter, de manger, de vendre) que nous devons nous préparer à la rencontre du Seigneur, que construisons en profondeur ce qui fait l’essentiel de notre foi. Ce confinement ne nous permet pas de célébrer liturgiquement (publiquement et ecclésialement) les moments solennels et extraordinaires de notre foi : c’est pourtant le moment favorable pour intégrer davantage la rencontre avec Dieu dans le cours quotidien de notre vie. La communion avec le Seigneur ne s’improvise pas, elle se prépare : la vie ordinaire est l’espace qui nous permet de mettre en place des habitudes sanctificatrices de notre existence. Aucune foi ne peut grandir sans être incarnée dans la vie courante. Aucun engagement ne tient tant qu’il ne fait pas partie de nous-mêmes au point de se constituer en deuxième nature. Sinon, les moments et les émotions fortes, les spectaculaires resterons des illusions passagères.

Prions pour nos engagements quotidiens en tant qu’homme, quelles que soient leur forme et leur densité (la vie familiale et sociale, le travail, les études, le service paroissial…), qu’ils nous permettent de préparer la rencontre avec notre Seigneur, qu’ils soient des lieux de témoignage, de communion et de fraternité, nous permettant de nous ouvrir à l’inattendu.

P Tiana Rado

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 17,20-25.

En ce temps-là, comme les pharisiens demandaient à Jésus quand viendrait le règne de Dieu, il prit la parole et dit : « La venue du règne de Dieu n’est pas observable.
On ne dira pas : “Voilà, il est ici !” ou bien : “Il est là !” En effet, voici que le règne de Dieu est au milieu de vous. »
Puis il dit aux disciples : « Des jours viendront où vous désirerez voir un seul des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez pas.
On vous dira : “Voilà, il est là-bas !” ou bien : “Voici, il est ici !” N’y allez pas, n’y courez pas.
En effet, comme l’éclair qui jaillit illumine l’horizon d’un bout à l’autre, ainsi le Fils de l’homme, quand son jour sera là.
Mais auparavant, il faut qu’il souffre beaucoup et qu’il soit rejeté par cette génération. »


Isaac le Syrien (7e siècle)
moine près de Mossoul
Discours, 1ère série, n°30 (trad. Touraille, DDB 1981, p. 188 rev.)

« Le Royaume de Dieu est au milieu de vous et au dedans de vous »
L’action de grâce, la gratitude de celui qui reçoit incite celui qui donne à donner toujours davantage. Mais celui qui ne rend pas grâce pour les plus petites choses ne peut être que menteur et injuste dans les grandes. Celui qui est malade et qui connaît sa maladie peut demander la guérison ; celui qui reconnaît sa souffrance est proche de sa guérison, et il la trouvera facilement…

Souviens-toi de la chute de ceux qui se croyaient forts, et sois humble en tes vertus… Chasse-toi toi-même, et ton ennemi sera chassé loin de toi. Apaise-toi toi-même, et le ciel et la terre te combleront de paix. Efforce-toi d’entrer dans le trésor de ton cœur, et tu verras le trésor du ciel. Car l’un et l’autre sont le même. Entrant dans l’un, tu contemples les deux. L’échelle de ce Royaume est en toi, cachée dans ton âme. Plonge en toi-même pour y découvrir ton péché : c’est là que tu trouveras les degrés par lesquels tu pourras t’élever… : « Le Royaume des cieux est en vous. »

Les Églises d’Orient l’appellent aussi « saint Martin le Miséricordieux ». Il est né en Pannonie, l’actuelle Hongrie, sur les frontières de l’empire romain où son père était en garnison. A 15 ans, il est soldat car la loi romaine obligeait les fils de soldats à s’enrôler dans l’armée. Il est muté en Gaule et c’est là, qu’à Amiens, il rencontre le pauvre grelottant à qui il donne son manteau  et dont il apprend durant la nuit que c’est le Christ qui lui a fait cette demande.

Il hésitait à devenir chrétien, il s’y décide enfin. Il quitte l’armée pour rejoindre saint Hilaire à Poitiers. Avec lui, il fonde le premier monastère des Gaules, à Ligugé, en Poitou.

C’est là qu’il sera enlevé par les habitants de Tours qui en font leur évêque. Mais l’ancien soldat devenu chrétien ne s’enfermera pas dans sa cité. Il évangélisera parcourant les campagnes jusqu’à sa mort, à Candes.

Moine-évêque missionnaire, Apôtre de la Gaule, Saint Martin est le premier saint à être vénéré sans avoir subi le martyre. Ses dernières paroles adressées à Dieu: (**) »Seigneur, en voilà assez de batailles que j’ai livrées pour toi. Je voudrais mon congé. Mais si tu veux que je serve encore sous ton étendard, j’oublierai mon grand âge. »
Martin, déjà de son vivant, eut un rayonnement immense qui se poursuit dans son culte après sa mort. De tous ses hauts faits, l’épisode du manteau donné au pauvre reste le plus éclatant, les membres du commissariat chargé de soutenir les militaires (nourriture, vêtement…) ne pouvaient trouver meilleur saint protecteur pour accomplir jusqu’au bout leur mission y compris en faveur du plus humble des soldats, comme s’il s’agissait du Christ.

…Martin conserve, dans son ministère d’évêque, la charité de sa première rencontre avec le Christ. Un jour qu’un pauvre entrait dans la sacristie de sa cathédrale au moment où il revêtait les habits pontificaux, Martin se défit de sa tunique et la lui offrit, au scandale de son pieux entourage…

– « c’est à l’occasion de ce trajet de retour que sur son chemin les arbres et les fleurs refleurirent malgré que ce ne fût pas le moment ce qui nous donna l’été de la saint Martin qui revient à chaque automne au moment souvent appelé par les médias l’été indien. »

En ce jour Prions pour demander de contempler en nos frères pauvres le Christ lui-même.

Et de le servir en servant nos frères et méditons l’Evangile pour répondre aux appels du Seigneur dans l’ordinaire de nos vies !

 

De l’Evangile selon Saint Matthieu – chapitre 25, versets 31 à 46

(31)“… Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
avec tous les anges, il s’assiéra sur son trône glorieux.
(32) Toutes les nations seront rassemblées devant lui.

Il séparera les uns des autres
comme le berger sépare les moutons des chèvres :
(33) il mettra les moutons à sa droite et les chèvres à sa gauche.
(34) Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite :
« Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ;
héritez le royaume qui a été préparé
pour vous depuis la fondation du monde.
(35) Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ;
j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ;
j’étais étranger et vous m’avez recueilli ;
(36) j’étais nu et vous m’avez vêtu ;
j’étais malade et vous m’avez visité ;
j’étais en prison et vous êtes venus me voir. »
(37) Alors les justes lui répondront :
« Seigneur,
quand t’avons-nous vu avoir faim,
et t’avons-nous donné à manger ?
ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ?
(38) Quand t’avons-nous vu étranger,
et t’avons-nous recueilli ?
ou nu, et t’avons-nous vêtu ?
(39) Quand t’avons-nous vu malade,
ou en prison, et sommes-nous venus te voir ? »
(40) Et le roi leur répondra :
« Amen, je vous le dis, dans la mesure
où vous avez fait cela pour l’un de ces plus petits,
l’un de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

(41) Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche :
« Allez-vous-en loin de moi, maudits,
dans le feu éternel préparé pour le diable et pour ses anges.
(42) Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;
j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire.
(43) J’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli ;
j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité. »
(44) Alors ils répondront, eux aussi :
« Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim ou soif,
étranger, ou nu, ou malade, ou en prison,
sans nous mettre à ton service ?»
(45) Alors il leur répondra :
« Amen, je vous le dis, dans la mesure
où vous n’avez pas fait cela
pour l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait. »
(46) Et ceux-ci iront au châtiment éternel,
mais les justes, à la vie éternelle. ..

 

Ce jour, je vous propose un simple exercice de lectio divina.

C’est peut-être la plus traditionnelle et plus ancienne manière de prier qui soit dans le trésor de notre Eglise.

Mais un mot d’abord sur les mots.

Je viens de dire exercice.

Quelle fatigue ! toujours faire des devoirs, des exos !

Prenez-le plutôt comme on fait des exercices de yoga ou même d’étirement. Ou encore comme on apprend à faire la cuisine, il faut s’y exercer.

C’est donc une méthode qu’on acquiert. Entrer dans un texte n’est pas chose innée.

Et chaque sportif vous dira que c’est avec l’entrainement qu’on atteint le plaisir et l’aisance.

Par lectio divina, on entend ordinairement la lecture de la Parole de Dieu, la Bible, ancien et nouveau Testament donc. C’est donc à la rencontre de Celui qui Parole éternelle que nous allons. Ou plus exactement, Il nous attend. Il nous y attend, il habite sa parole, sa Présence vient sourdre des textes que nous allons lire. Quand nous scrutons l’Ecriture, c’est Lui qui nous sonde et descend en nous.

 

 

La lectio comporte mille façons de faire ; ça va de la copie calligraphiée du texte jusqu’à sa mémorisation marmonnée jour et nuit en passant par le goût de la poésie du texte…

Posons notre regard sur le psaume de la messe de ce jour.

Poser son regard, ici il s’agit plutôt de tendre l’oreille car ces quelques lignes n’ont rien de narratives, ce n’est pas une histoire qui est racontée, mais un poème.

PSAUME

(Ps 36 (37), 3-4, 18.23, 27.29)

Le salut des justes vient du Seigneur. 

Fais confiance au Seigneur, agis bien,
habite la terre et reste fidèle ;
mets ta joie dans le Seigneur :
il comblera les désirs de ton cœur.

Il connaît les jours de l’homme intègre
qui recevra un héritage impérissable.
Quand le Seigneur conduit les pas de l’homme,
ils sont fermes et sa marche lui plaît.

Évite le mal, fais ce qui est bien,
et tu auras une habitation pour toujours,
Les justes posséderont la terre
et toujours l’habiteront.

 

Plusieurs exercices donc :

1 ) Repérez les répétitions.

Facile ! c’est « habiter ».

Laissez venir à vous tous ce que ce verbe fait venir au cœur et à l’esprit : repos, maisonnée, famille, chez-soi…

Puis nombre de réminiscences de l’Ecriture :

J’habiterai la maison du Seigneur tous les jours de ma vie

Ce qui veut dire être (demeurer) dans la proximité de Celui qui s’est fait proche.

Maître où demeures-tu ? et ils demeurèrent avec lui, ce jour là

Demeurer avec Dieu, c’est bien notre destinée. Comment laisser faire cette appel sion en le laissant demeurer en nous ?

Laissez faire cette méditation.

2 ) un verset vous plait

Répétez-le. Encore. Encore. Chantez-le. Apprenez-le par cœur.

Tentez de vous le répéter plusieurs fois pendant la journée.

Vous verrez, il va produire du fruit.

Et quand le soir viendra, rendez-grâce à Dieu de vous avoir chuchoter de telles choses.

3 ) Ensuite vous pouvez aussi réfléchir aux juxtapositions poétiques.

Fais confiance au Seigneur, agis bien.

Bien agir, c’est faire confiance au Seigneur, c’est croire contre toutes les accusations de naïveté, qu’on ne se fait pas gruger, mais que le monde est plus beau parce que j’agis bien.

Mais aussi : c’est parce que j’ai foi en Dieu, que je ne pense pas que les choses sont sans autre sens que de me « rapporter », que je peux agir avec gratuité et joie.

Évite le mal, fais ce qui est bien, et tu auras une habitation pour toujours ;

La même idée, mais cette fois-ci quelque chose de l’Éternel s’est instillé.

Tant il est vrai que ceux qui font le mal sont littéralement « hors d’eux-mêmes », puisque notre vocation nous établit à l’image et à la ressemblance de Dieu. Par nature l’homme n’est pas enclin au mal, c’est par erreur qu’il l’est, par dévoiement. Le bonheur est dans le bien que nous recevons et dans le bien que nous partageons. Notre âme et notre cœur le savent bien, depuis toujours. Depuis ceux qui nous ont aimé, et de ce fait, qui nous ont grandis et nous ont donné d’habiter notre vie. Je rends grâce à Dieu pour ceux-là dont les noms sont inscrits en moi.

 

A suivre

PBK

 

 

Dédicace de la basilique du Latran

MAISON DE DIEU, MAISON DE L’ÉGLISE

 

De l’évangile selon saint Jean (2, 13-22)

13 Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem.

14 Dans le Temple, il trouva installés

les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.

15 Il fit un fouet avec des cordes,

et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ;

il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,

16 et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici.

Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »

17 Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit :

L’amour de ta maison fera mon tourment. (cf. Ps 68, 10)

18 Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »

19 Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »

20 Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire,

et toi, en trois jours tu le relèverais ! »

21 Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.

22 Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts,

ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ;

ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.


Commentaire

La basilique Saint-Jean du Latran (dédiée à saint Jean-Baptiste et à saint Jean l’Évangéliste) est la cathédrale du diocèse de Rome ; elle a été édifiée en 320 par l’empereur Constantin.

Sur le fronton est gravé : « omnium urbis et orbis ecclesiarum mater et caput », « mère et tête de toutes les églises de la ville (de Rome) et du monde. »

Dans une lettre adressée aux évêques le 15 août dernier, le cardinal Robert Sarah écrivait : « Tandis que les païens construisaient des temples dédiés à la seule divinité, auxquels les gens n’avaient pas accès, les chrétiens, dès qu’ils jouirent de la liberté de culte, construisirent immédiatement des lieux qui seraient domus Dei et domus Ecclesiæ (= maison de Dieu et maison de l’Église), où les fidèles pourraient se reconnaître comme communauté de Dieu, peuple convoqué pour le culte et constitué comme une assemblée sainte. »

La basilique du Latran en est une excellente et antique illustration.

D’ailleurs, le mot « église » désigne d’abord l’assemblée des chrétiens ; c’est par la suite que le lieu où ils se trouvent réunis pour la célébration a pris le même nom.

Lorsque les évangiles parlent du Temple (restauré par Hérode le Grand en 46 ans), ils ne désignent pas le seul sanctuaire auquel uniquement le grand prêtre avait accès, mais l’ensemble des bâtiments de l’esplanade, y compris les parvis. Les marchands qui vendaient les animaux à offrir en sacrifice et les changeurs qui changeaient la monnaie de l’Empire (portant l’effigie de César ; cf. Mt 22, 19-21) en monnaie réservée au Temple exerçaient leurs activités dans l’un de ces édifices. Cette agitation mercantile finissait par prendre plus d’importance que le culte…

Or le Temple était le lieu de la présence de Dieu au milieu des hommes. Désormais c’est Jésus Christ qui est la présence de Dieu puisqu’il est Dieu lui-même : voilà pourquoi il est appelé Emmanuel (= Dieu avec nous ; cf. Is 7, 14, cité par Mt 1, 23).

Le Seigneur révèlera à la Samaritaine : « L’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. (…) Les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité. » (Jn 4, 21…23). C’est notre cas !

Par notre baptême nous sommes devenus membres du Corps du Christ. Ce Corps dont Il est la tête porte le nom d’Église (cf. 1Co 12 27 et Col 1, 18). Tout dans l’architecture et la décoration des églises que nous bâtissons est mis en œuvre pour donner un avant-goût du Royaume

En famille

– À la maison on peut prendre le temps de regarder (sur Internet par exemple) des images de la basilique du Latran ; ensuite on ira voir les photos de notre église paroissiale ou d’une autre église où l’on aime bien se rendre. Commenter ce qui semble caractéristique de ces sanctuaires, comparer, repérer ce qui est commun, etc.

– En ces temps où nous ne pouvons plus aller à l’église pour participer à la messe mais où elle reste pourtant ouverte, saisissons l’occasion de la visiter (souvent quand un lieu nous est trop familier, nous finissons par ne plus le voir…). Décrivons ce que nous avons sous les yeux, tâchons d’en comprendre le plan, le mobilier, les œuvres d’art qui l’habillent, etc.

N’oublions pas de nous arrêter pour prier devant le Saint Sacrement ou devant une statue.

Pour prier

Le Pape François a l’habitude de demander aux fidèles de prier pour lui. En ce jour où nous fêtons sa Cathédrale n’omettons pas de répondre à son désir :

Dieu qui ordonne toutes choses avec sagesse,

tu as fait de saint Pierre, chef des Apôtres, la pierre sur laquelle tu bâtis l’Église ;

regarde avec bonté le pape François que tu as choisi pour lui succéder :

qu’il soit le rocher inébranlable capable de confirmer ton peuple dans la foi

et de le garder dans une même communion.

Par Jésus Christ ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint Esprit,

Dieu pour les siècles des siècles. Amen

 

Missel romain

Mgr Yvon Aybram

 

Le service diocésain de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle vous propose de vous accompagner pour vivre la Liturgie de la Parole à la maison : « Vivre le dimanche en confinement »

 

Chers Paroissiens, Chers Amis,

Cette nouvelle période de confinement que nous traversons et d’interruption des célébrations dominicales prive notre Paroisse de revenus réguliers et importants générés par les quêtes.

Ces quêtes représentent 15% des revenus de la paroisse.

Même si nous sommes en chute très importante d’activités, les charges fixes demeurent (frais de fonctionnement, traitements des prêtres, salaires des employés…)

Il vous est possible de continuer à participer, à distance, à la vie économique de la paroisse via l’application « La Quête ». Cette application est à télécharger sur votre téléphone, votre tablette ou votre ordinateur. Elle est opérationnelle depuis deux ans maintenant et fonctionne de façon très satisfaisante et sécurisée.

www.appli-laquete.fr

 

Le Père Marc et le Conseil Economique