Saint Colomban
+ 615 à st Gaal

Il y a 1400 ans, un moine fou, il faut bien le dire.
Vers 430, le pape envoie quelques missionnaires
Puis saint Patrick fait qq chose genre clergé diocésain, mais c’est plutôt le monachisme qui va fortifier le christianisme irlandais. Parce qu’il n’y a pas de ville, peuple rural, le monastère c’est le salut, politique, économique, clanique et religieux. Le modèle épiscopal ne tient pas.
Monachisme comme foyer
Très original
Société virile et guerrière
Pénitence tarifiée.
La pénitence ne pouvait se donner qu’une fois dans sa vie.
Un pèlerin (façon ascèse) et pas un bénédictin qui fait vœux de stabilité. !
Il ne prêche qu’au cours du pèlerinage.
En Gaulle, il apporte du nouveau. C’est déjà chrétien (les légions romaines)
Son christianisme est plutôt rural. Un peu anti-épiscopal. Il passe par les rois, lesquels créent
ainsi un contrepouvoir face aux évêques. Vrais seigneurs des cités.
Ils sont assez érudits, ils savent écrire. Ils créent des écoles.
A Luxeuil, on lui donne une agglomération et non pas une zone de désert ou de forêts.
Très querelleur, on le jette de partout
Pourtant grande aura parce qu’instruit et « persécuté » par les politiques….

Redécouvert au début du XX°

Père Bernard Klazen

Nous voici au dernier Dimanche de l’année liturgique, jour où nous célébrons la solennité du Christ Roi de l’univers autrement que prévu à cause des mesures sanitaires. Quand nous disons cela nous pensons et prions d’une manière particulière pour tous les enfants qui se sont préparés depuis longtemps afin de recevoir la première communion en date du 21 et 22 novembre. Nous pensons également aux familles, aux amis, aux catéchistes et à toutes les personnes qui les ont accompagnés. Qu’ils se sentent plus que concernés par cette solennité.

Tout était pourtant bien pensé. Après avoir décalé la célébration de la première communion qui était prévue en Juin, un des plus grands cadeaux était de célébrer ce sacrement à la solennité du Christ Roi. C’est-à-dire, recevoir pour la première fois le Christ qui est vraiment, réellement et substantiellement dans l’Eucharistie tout en solennisant son Règne. Mais, étant donné que nous devons agir autrement à cause du second confinement, c’est beaucoup plus le moment de désirer ce Règne et de prier pour qu’il puisse germer, porter de fruits et s’accomplir en chacun de nous. Nous disons toujours, par la prière de Notre Père : « … que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, … » !

Ce Règne à désirer est un Règne différent des autres. Couronne du roi ? : les épines. Ses habits ? : un manteau rouge reçu d’un soldat romain qui voulait se moquer de lui. Son trône ? : la croix qui est un instrument de supplice et de mort. C’est un Règne fondé sur le don du Christ lui-même pour nous, un Règne d’amour, un Règne de vie et de vérité, un Règne de grâce et de sainteté, un Règne de miséricorde, un Règne de justice et de paix, un Règne qui révèle la vraie royauté. Que ce Règne vienne !

Ce Règne est tout près de nous, il est au-dedans de nous ; il vient sans qu’on puisse le remarquer. Le baptême nous y introduit et nous marque comme prêtres, prophètes et rois. Et c’est quand nous devenons roi à la manière de Dieu, c’est-à-dire en agissant par amour, que nous recevons ce Règne qui nous est préparé et accordé en héritage (Evangile d’aujourd’hui) : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ! » (Mt 25, 34-36). (….) « …, Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).

En cette Solennité qui conclut le cycle de l’année liturgique, remercions le Christ, Roi de l’univers, qui exerce son pouvoir royal à travers nous, les membres de son Corps. Lui qui règne jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis (Deuxième lecture), ne cesse de veiller sur nous comme un berger veuille sur son troupeau (Première lecture). Mettons-nous sous la protection de Dieu qui juge avec amour et miséricorde en suivant la règle fondamentale de la charité (évangile) parce qu’Il veut le salut de ses enfants. Prions pour tous ceux qui n’ont pas pu réaliser leurs projets pendant l’année qui s’achève, afin que la volonté de Dieu se réalise en eux pendant l’année qui commence. Bonne fin d’année liturgique à tous.

Père Jean Népomuscène KWIZERA MALIYAMUNGU

Le service diocésain de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle vous propose de vous accompagner pour vivre la Liturgie de la Parole à la maison : « Liturgie de la Parole du Christ Roi » ainsi que « la Liturgie d’Emmaüs »

IMMAC FRIDAY

Aujourd’hui et jusqu’à ce soir minuit, pour toute commande supérieure à 50€ passée sur le site immac-en-fete.fr un cadeau sera ajouté à votre commande.

Pour en bénéficier ajouter l’article « Un cadeau offert » à votre panier. Validez et c’est gagné.

Pour rappel il ne vous reste que 3 jours pour passer votre commande de saumon, foie gras frais et rôti de canard frais ainsi que le miel .

Passée cette date ils ne seront plus disponibles.

 

On vous attend nombreux en ligne !

Entrée de Jésus dans le Temple et expulsion des marchands.

« En ce temps-là, entré dans le Temple, Jésus se mit à expulser les vendeurs. Il leur déclara : « Il est écrit : ‘Ma maison sera une maison de prière’. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »

Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait. » (Lc 19,45-48)


Commentaire de Michel Hubaut

« Entré dans le Temple, Jésus se mit à expulser les vendeurs. »

C’est la première fois chez Luc, depuis le début de sa vie publique, que Jésus entre dans le Temple qui est le terme de sa montée vers Jérusalem. Cet épisode achève son entrée solennelle et manifeste le sens de sa royauté : elle est toute au service du Père, pour lui assurer un culte digne de lui.

« Il leur déclara : « Il est écrit : ‘Ma maison sera une maison de prière’. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »

Jésus justifie son geste en citant les prophètes Isaïe (56,7) et Jérémie (7,11). Comme les contemporains de Jérémie, ceux de Jésus pervertissent la destination du Temple. Celui-ci leur a été donné comme lieu de l’intercession et du pardon (1R 8,30-40) ; ils en ont fait une sorte de « paratonnerre » qui leur assure l’impunité. On notera l’antithèse entre cette scène et celle de Zachée. La maison de Zachée était une maison de rapine ; en y entrant, Jésus en fait une maison de salut. Le Temple, maison de salut, est devenu une maison de trafic. Jésus pénètre dans le Temple pour le purifier, mais, trop sûr d’eux-mêmes, les autorités responsables n’ont pas accepté de se convertir le Temple sera détruit au profit d’une nouvelle maison de salut, l’Eglise, dont celle de Zachée était la figure.

« Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait. »

Luc seul montre Jésus enseignant quotidiennement dans le Temple, après l’expulsion des marchands. Il mentionne l’attitude menaçante des grands prêtres et des scribes, alors que le peuple est attentif à l’enseignement de Jésus.

On retrouve ici le mot noble de « peuple » si souvent utilisé par Luc. C’est l’image de l’Eglise qui, à la différence des chefs juifs, reconnaît Jésus, l’écoute, « suspendu à ses lèvres », formule unique et magnifique pour décrire le peuple captivé par Jésus. Alors que les chefs des prêtres, nommés pour la première fois, et les autorités juives cherchent à faire périr Jésus. Luc nomme expressément les chefs de l’aristocratie laïque, membres du Sanhédrin, qui vivaient des importants revenus générés par le Temple, parmi les responsables de la mort de Jésus »

Invitation

A rentrer chaque jour dans une « maison de prière ».

En effet, l’église est le cadre idéal pour prier, méditer la Parole de Dieu, adorer le Saint Sacrement, vous confesser et recevoir l’Eucharistie, « source et sommet de la vie chrétienne. » [1]

Vous serez ainsi bien armés pour combattre les forces du mal et contribuer au Règne de Dieu ! Amen.

+Patrice Pellen

[1] Consulter les horaires sur le site Internet de votre paroisse.

Pour suivre la conférence en direct en vidéo, cliquez sur ce lien :

Lien pour accéder à la conférence

 

Le pape François vient de publier une nouvelle encyclique.

Une encyclique est le plus haut degré d’autorité d’un texte du magistère ordinaire. (eh ?! quésako ? ces termes étranges seront expliqués.)

Mais si nous la lisions ensemble…

C’est souvent plus facile ; nous nous entrainons mutuellement avec un rdv hebdomadaire, nous la lisons à dose raisonnable, elle nous est exposée et commentée.

Le père Bernard Klasen animera 5 soirées d’une heure, à distance.

Les jeudi 19, 26 novembre, 3, 10 et 17 décembre. De 21 h à 22 h.

 

S’il n’est pas nécessaire d’avoir lu l’encyclique avant ces soirées, c’est toutefois mieux, bien entendu. Mais elles vont donneront peut-être envie de lire ! (1ère soirée : introduction et ch. 1er )

Ben oui, ces jours qui se ressemblent tous. On en oublie même quel jour de la semaine, nous sommes.
Prier en observant la beauté des choses… pas facile en ces jours maussades où rien ne se passe. Rendre grâce pour les gens que je rencontre, certes, mais je ne vois plus personne !
Bref, c’est le blues, pas la déprime, non, mais le temps passe, j’ai plus de temps qu’à l’habitude mais je n’arrive pas à faire ce que je pourrais faire…
Alors prier …

2 trucs
1 – Un air dans la tête
Vous savez, on écoute la radio pendant le petit déjeuner et un air de musique est diffusé, vous l’avez en tête pour la journée. Ou mieux, le chant de sortie de la messe de dimanche dernier vous revient en boucle.
Profitez de ça.
Chantez-vous une hymne entendue récemment, un chant de messe. Faites-le à tout moment. En allant faire les courses, en préparant la cuisine, pendant la pause entre deux réunions « zoomeuses ».
Ah zut, vous avez oublié les paroles ! Pourtant ce matin, vous les saviez par cœur. Pas grave, vous en créez de nouvelles à votre sauce. Dieu sait (c’est le cas de le dire) que tout le monde n’est pas grand poète ! vous tournez ces brefs instants en brèves prières.

2 – Relire son carnet d’adresse
Encore moins cérébral, mais là encore quelque chose de l’ordre de la mémoire. Mais « faire mémoire » cette fois. N’allez pas trop vite. Les noms défilent. Priez pour chacun. Rappelez-vous. Rendez grâce à Dieu si c’est plutôt un sourire. Intercédez si c’est plutôt un froncement de sourcil. Dégagez-le à la poubelle si c’est décidément trop mondain, et demandez pardon pour ça (et d’être mondain, et de dégager poubelle…) Priez pour chacun, ça ne veut pas dire forcément formuler une demande, mais évoquer son souvenir c’est mettre son souvenir dans l’évocation de Dieu que vous êtes en train de faire. C’est le poser là, aussi bêtement que vous l’êtes ; devant Dieu, enfin quelque part autour de Lui, vers Lui. Et si ça vous tente, puisque les liens sociaux, les contacts amicaux sont en vacances en ces temps, appelez-le. Votre contact, pas Dieu ! enfin tant que vous y êtes, Dieu aussi.

Vous allez me dire : bof, ce n’est pas vraiment prier, ça !
Certes. Qui pourra nous dire ce qu’est vraiment prier ??
Disons provisoirement que ça consiste juste à se laisser occuper par Dieu.

A bientôt dans la prière

P Bernard Klasen

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc, (Lc 19, 11-28)

En ce temps-là,
comme on l’écoutait,
Jésus ajouta une parabole :
il était près de Jérusalem
et ses auditeurs pensaient que le royaume de Dieu
allait se manifester à l’instant même.
Voici donc ce qu’il dit :
« Un homme de la noblesse
partit dans un pays lointain
pour se faire donner la royauté et revenir ensuite.
Il appela dix de ses serviteurs,
et remit à chacun une somme de la valeur d’une mine ;
puis il leur dit :
“Pendant mon voyage, faites de bonnes affaires.”
Mais ses concitoyens le détestaient,
et ils envoyèrent derrière lui une délégation
chargée de dire :
“Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous.”

Quand il fut de retour après avoir reçu la royauté,
il fit convoquer les serviteurs auxquels il avait remis l’argent,
afin de savoir ce que leurs affaires avaient rapporté.
Le premier se présenta et dit :
“Seigneur, la somme que tu m’avais remise
a été multipliée par dix.”
Le roi lui déclara :
“Très bien, bon serviteur !
Puisque tu as été fidèle en si peu de chose,
reçois l’autorité sur dix villes.”
Le second vint dire :
“La somme que tu m’avais remise, Seigneur,
a été multipliée par cinq.”
À celui-là encore, le roi dit :
“Toi, de même, sois à la tête de cinq villes.”
Le dernier vint dire :
“Seigneur, voici la somme que tu m’avais remise ;
je l’ai gardée enveloppée dans un linge.
En effet, j’avais peur de toi,
car tu es un homme exigeant,
tu retires ce que tu n’as pas mis en dépôt,
tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.”
Le roi lui déclara :
“Je vais te juger sur tes paroles,
serviteur mauvais :
tu savais que je suis un homme exigeant,
que je retire ce que je n’ai pas mis en dépôt,
que je moissonne ce que je n’ai pas semé ;
alors pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ?
À mon arrivée, je l’aurais repris avec les intérêts.”
Et le roi dit à ceux qui étaient là :
“Retirez-lui cette somme
et donnez-la à celui qui a dix fois plus.”
On lui dit :
“Seigneur, il a dix fois plus !
– Je vous le déclare :
on donnera
à celui qui a ;
mais celui qui n’a rien
se verra enlever même ce qu’il a.
Quant à mes ennemis,
ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux,
amenez-les ici
et égorgez-les devant moi.” »

Après avoir ainsi parlé,
Jésus partit en avant
pour monter à Jérusalem.

– Acclamons la Parole de Dieu.


Commentaires

1.       Jésus, le Roi des Rois. 

De nos jours il y a un intérêt renouvelé dans le retour imminent du Seigneur dans la gloire. Chaque dimanche, en récitant le Credo, nous affirmons notre foi que le Christ « reviendra pour juger les vivants et les morts. » Mais nous ne savons pas quand cela sera, comme le Seigneur lui-même a énoncé clairement :  » Quant à ce jour et à cette heure-là, nul ne les connaît » (Matthieu 24, 36). Alors que devons-nous faire en attendant ? La réponse est simple : Vivre en fidélité aux valeurs du royaume afin de témoigner que le Christ est notre Roi dès maintenant. Y a-t-il des domaines dans ma vie où le Christ n’est pas roi ? Suis-je fidèle à mes engagements chrétiens ? Est-ce que je fais une bonne utilisation de mon temps ?

2.       Gagner une pièce d’or à la fois. 

Dans la parabole d’aujourd’hui, chaque domestique ne reçoit qu’une pièce d’or, mais certains l’investissent mieux que d’autres. Il y a des dons que Dieu donne à tous et d’autres que seul certains d’entre nous reçoivent. Au baptême nous recevons tous le don de la foi, de l’espérance et de la charité et il nous appartient de nous assurer que ces dons grandissent, s’épanouissent et portent du fruit. Les dons de la foi, de l’espérance et de la charité ne nous sont pas donnés seulement en vue de moment d’épreuve, mais plutôt pour nous rappeler que nous sommes enfants de Dieu et héritiers du royaume du ciel. Exercer ces vertus est comme gagner de l’or, une pièce à la fois. Combien de fois est-ce que j’ai remercié Dieu des dons de la foi, de l’espérance et de la charité ? Est-ce que je m’efforce de développer ces vertus en maintenant mon coeur fixé sur les choses du ciel, en mettant ma confiance dans la divine providence, en aimant Dieu et en montrant cet amour par la charité envers mon voisin ?

3.       La générosité de Dieu. 

Saint Jean nous rappelle que « Dieu est amour » (1 Jean 4,8). Dieu se donne. L’homme qui a caché sa pièce de monnaie ne pourrait pas comprendre cette réalité, mais l’homme que « a dépensé » sa pièce d’or l’a découvert car il en a gagné beaucoup plus. Jésus nous dit que  » si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul » (Jean 12,24). Plus tard, si le grain de blé meurt, une métamorphose se produit et « il donne beaucoup de fruit.  » La mort de Jésus sur la croix est l’illustration parfaite de la fécondité du sacrifice et du don de soi. Nous ne pouvons pas choisir Jésus pour roi sans être disposés à le suivre jusqu’à Jérusalem et au Golgotha. Nous avons beaucoup à donner, mais nous avons tellement plus à gagner en employant nos talents pour le royaume.

Prions : Seigneur Jésus, parfois j’ai peur de ce que cela signifie que de mourir à moi-même. Aide-moi à employer tous mes talents pour étendre ton royaume. Aide-moi à me rendre compte que je n’ai rien à perdre et tout à gagner, et à prendre courageusement des mesures pour t’aimer chaque jour davantage.

Pour  Aujourd’hui : je ferai preuve de patience envers quelqu’un qui me gêne afin de dire mon amour pour Jésus et pour mon frère !

 

PREMIÈRE LECTURE
« Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui » (Ap 3, 1-6.14-22)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai entendu le Seigneur qui me disait :
À l’ange de l’Église qui est à Sardes, écris :
Ainsi parle celui qui a les sept esprits de Dieu
et les sept étoiles :
Je connais ta conduite,
je sais que ton nom est celui d’un vivant,
mais tu es mort.
Sois vigilant, raffermis ce qui te reste
et qui allait mourir,
car je n’ai pas trouvé que tes actes soient parfaits
devant mon Dieu.
Eh bien, rappelle-toi ce que tu as reçu et entendu,
garde-le et convertis-toi.
Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur
et tu ne pourras savoir
à quelle heure je viendrai te surprendre.
À Sardes, pourtant,
tu en as qui n’ont pas sali leurs vêtements ;
habillés de blanc, ils marcheront avec moi,
car ils en sont dignes.
Ainsi, le vainqueur portera des vêtements blancs ;
jamais je n’effacerai son nom du livre de la vie ;
son nom, je le proclamerai
devant mon Père et devant ses anges.
Celui qui a des oreilles,
qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Églises.

À l’ange de l’Église qui est à Laodicée, écris :
Ainsi parle celui qui est l’Amen,
le témoin fidèle et vrai,
le principe de la création de Dieu :
Je connais tes actions,
je sais que tu n’es ni froid ni brûlant
– mieux vaudrait que tu sois ou froid ou brûlant.
Aussi, puisque tu es tiède
– ni brûlant ni froid –
je vais te vomir de ma bouche.
Tu dis : « Je suis riche,
je me suis enrichi, je ne manque de rien »,
et tu ne sais pas que tu es malheureux, pitoyable,
pauvre, aveugle et nu !
Alors, je te le conseille :
achète chez moi, pour t’enrichir, de l’or purifié au feu,
des vêtements blancs pour te couvrir
et ne pas laisser paraître la honte de ta nudité,
un remède pour l’appliquer sur tes yeux
afin que tu voies.
Moi, tous ceux que j’aime,
je leur montre leurs fautes, et je les corrige.
Eh bien, sois fervent et convertis-toi.
Voici que je me tiens à la porte, et je frappe.
Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte,
j’entrerai chez lui ;
je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi.
Le vainqueur, je lui donnerai de siéger
avec moi sur mon Trône,
comme moi-même, après ma victoire,
j’ai siégé avec mon Père sur son Trône.
Celui qui a des oreilles,
qu’il entende ce que l’Esprit dit aux Églises.


 La porte 
“Voici, je me tiens à la porte et je frappe…”: Dieu frappe à la porte. Ce peut-être celle de mon cœur ou celle de ma maison.

Comment est-elle cette porte ? entre-ouverte, ouverte en grand, fermée, en bois, ou en fer, verrouillée, barricadée… j’imagine à partir de ce que je vois en moi, à partir de ce que je ressens.
Je laisse l’Esprit Saint m’éclairer, en vérité. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses mais simplement la vérité de mon être devant Dieu. 

Dieu est là
« Voici, je me tiens à la porte et je frappe, si quelqu’un entend ma voix… »: Le Seigneur est là, présent. Il a l’initiative : il frappe et il parle.

Comment frappe-t-il ? Des petits coups, un grand coup, est-ce fort ou discret ? 
Et sa voix, comment est-elle ? Puis-je l’entendre ?

Le désir de la rencontre 
“Voici, je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi.”

Tout dans ce verset dit le désir de Dieu de nous rencontrer. Cette rencontre que Dieu désire est celle d’une connaissance intime. Il veut entrer, entrer chez nous. Il veut se faire proche pour partager notre repas dans une réciprocité de relation: “lui près de moi et moi près de lui”. 
Je considère ce désir de Dieu de venir à ma rencontre.

Tout en notant la délicatesse de notre Dieu qui ne s’impose pas. Il frappe, il parle, il attend. “Si…” 

Je contemple Dieu dans son attitude.

Ma réponse 
« Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, lui près de moi et moi près de lui »

Le Seigneur me laisse libre de répondre. Je regarde ce qui arrive si j’ouvre. 
Qu’ai-je envie de répondre ? pour ma relation personnelle avec Dieu ; pour ma relation à mon conjoint, à mes enfants, à mes amis, à mes collègues de travail ou à des personnes que je côtoie, à l’étranger que je ne connais pas ou pas bien ; ou encore pour mon lieu de vie… 

Je considère comment est ma porte face à « l’autre » qui frappe et je parle au Seigneur de ma joie, de mes peurs, de mes hésitations ou de ma générosité et de mon désir.

Je peux lui demander son aide, son soutien, sa présence, ou je peux lui rendre grâce ou tout autre parole ou geste qui habite mon cœur. 

Je conclus ma prière en me tournant vers Dieu avec toute l’Église : « Notre Père… »

Recevoir la communion en dehors de la messe

Les rassemblements restent interdits mais après avoir médité la Parole de Dieu, vous pourrez recevoir la communion en gardant les gestes barrières qui s’imposent et en évitant tout attroupement.

Du mardi au vendredi de 17h à 18h45.

Un document sera fourni à l’entrée de l’église pour accompagner votre démarche spirituelle.